JACQUES DEFFOREY

JD

« Il est très important de cultiver la mémoire »

John Elkann, Président du groupe Fiat

 

 

Jacques Defforey, co-fondateur du groupe Carrefour avec son frère Denis Defforey et Marcel Fournier est décédé le vendredi 26 mai 2000 au brésil à l’âge de 76 ans.

De la légendaire ouverture du premier hypermarché à l’internationalisation du groupe Carrefour, l’esprit de Jacques Defforey a toujours été inventif et novateur.

Mais l’homme d’affaire co-initiateur d’un  concept commercial révolutionnaire  était profondément attaché aux valeurs humaines et c’est dans cet esprit qu’il avait conçu avec Bernard de La Rochefoucault, l’Institut de la Boétie et par la suite la Fondation d’entreprise Tocqueville (Carrefour-Defforey).

Adepte de philosophie grecque et chinoise, tout particulièrement d’Aristote, de Lao Tseu et de shun tzu – art de la guerre, il était en constante réflexion sur le sens à donner à la vie. Dans cet état d’esprit, l’importance de l’homme était centrale, mettant l’économie au service de l’humain et non son contraire.

Cette vision atypique a permis aux femmes et aux hommes de l’entreprise de l’époque, de se réaliser et de s’approprier un projet économique ambitieux. Sa capacité intuitive à détecter en chacun de nous un potentiel créatif offrait aux uns et aux autres la possibilité de s’épanouir.

Il considérait chaque individu digne de prendre son destin en main ainsi il a bâti la fondation Tocqueville pour permettre aux plus défavorisés d’agir dans cette dynamique.Selon Gérard Demuth, sociologue, ancien directeur de la Cofremca, Institut d’observation des modes de vie et des comportements  des français, Jacques Defforey était porteur de futurs qui peuvent se connecter sur des mouvements d’aujourd’hui:

« Le Futurible »

Vue d’aujourd’hui, sa modernité est d’avoir eu l’instinct du rapprochement de l’entreprise et de l’humain, des réalités micro de la vie quotidienne et des équilibres macro de la vie économique.

Son idée et ses actions ont une valeur d’avenir parce qu’elles sont de nature à déjouer des menaces et à renforcer des opportunités qui se précisent ces temps-ci.Côté menace, une économie globalisée, hantée par la reproduction du « même » (mêmes organisations, mêmes produits, mêmes services) en réduisant les coûts par des économies d’échelle.

Cette mondialisation-là mène en « Absurdie ». Pour exemple, on a assisté en 2005, aux États-Unis à la première reprise économique qui ne créait pas d’emploi et n’augmentait pas la consommation. Cela parce que, sous l’impulsion de mécanismes internes incontrôlés, les entreprises se sont éloignées des gens. D’ailleurs on voit où cela nous a mené.

Jacques Defforey avait l’instinct quasi corporel des gens, collaborateurs ou clients. Il avait l’imagination organisationnelle pour faire que l’entreprise demeure en prise sur la vie.

 

 tortueJDLa Tortue de Jacques Defforey, symbole de longévité.

Ces pages ont été écrites par Thierry Sobrecases en hommage à Jacques Defforey avec le soutien et l’autorisation de sa fille Cécile Defforey